Voilà maintenant un mois et demi que je vis en Hongrie. Comme je m’y attendais un peu,  parler le hongrois avec les locaux n’est pas une chose facile.

Pas parce que mon vocabulaire est limité. Pas parce que je n’en ai pas envie. Simplement, les situations dans lesquelles je devrais utiliser la langue au delà de quelques phrases sont rares

La plupart du temps mes interactions se limitent à quelques mots. Le niveau que j’utilise est transactionnel, car je parle juste avec des hongrois pour acheter des choses, au mieux pour demander des informations. Je pense que la plupart d’entre eux ne réalisent pas que je parle un peu la langue et pensent simplement que je connais quelques phrases (ce qui est en fait un peu le cas).

La conversation ne se fait pas, ne se lance pas, la plupart du temps. Pour avoir une réelle conversation dans la langue il faut généralement un temps plus ou moins long et une sorte de face à face. Les échanges sur skype sont très bons pour ça, mais ils ne sont pas spontanés. Tout comme les échanges linguistiques dans la vraie vie.

Alors Uber, le fameux Uber qui enflamme la France en ce moment s’est avéré être une excellente interface pour pratiquer le hongrois.

À chaque fois que je prends un Uber, j’ai l’occasion d’utiliser ce que je connais en hongrois et de pouvoir pratiquer (encore et encore) les sujets de conversation de base. Je me présente, je raconte pourquoi j’apprends le hongrois, ce que je fais dans la vie etc… Le nouveau vocabulaire arrive au compte goutte et le chauffeur est toujours ravi de parler avec un étranger qui apprend sa langue maternelle.

Le côté convivial d’Uber crée une atmosphère sympa pour parler. Généralement le chauffeur lance la conversation en demandant d’où je viens et je me fais un plaisir de répondre en hongrois. À partir de là tout est lancé.

Et quand on compare au prix de la course, on obtient un très bon cours de conversation au niveau du rapport qualité/prix !

Voyager en Uber m’a aussi permis de pratiquer d’autres langues, comme le russe ou l’allemand. Une « chauffeuse » Uber avait du mal à me parler en anglais, j’avais du mal en hongrois, elle m’a dit qu’elle parlait mieux russe. On a donc pu continuer la course en parlant russe ! Et ça n’est pas la première fois que ça arrive.

Le fait que la plupart des hongrois parlent peu anglais (même si on voit beaucoup de bonne volonté avec les touristes) est une chance pour pratiquer les langues : le hongrois bien sûr, mais l’allemand et le russe sont des langues parfois parlées par les générations plus anciennes. On se sent vraiment au coeur de l’Europe dans cette ville

Pour moi, le fait de devoir utiliser une langue de façon inattendue est toujours quelque chose de génial !


Tom
Tom

Auteur du site

    4 replies to "Apprendre une langue avec Uber"

    • Noé

      Salut Tom,
      Bravo pour ces efforts. N’hésite pas à me contacter si tu veux pratiquer ton hongrois.
      Bon courage et à bientôt,
      Noé

      • Tom

        Salut Noé,

        Merci !
        Tu es sur Budapest ? Si c’est le cas avec plaisir 🙂

    • Pour pouvoir pratiquer des langues, il y a Couchsurfing aussi si vous avez la possibilité d’héberger des gens (russes, hongrois ou autres) qui visitent votre ville. Si vous ne pouvez pas héberger, il y a aussi des rencontres organisées dans toutes les grandes villes. C’est l’occasion de rencontrer du monde parlant de nombreuses langues.

      • Tom

        Bonjour Thomas,
        Oui tu as parfaitement raison. Couchsurfing est une très bonne option, je crois bien l’avoir mentionné ailleurs dans le site d’ailleurs. Couchsurfing m’a beaucoup aidé avec l’anglais et le russe quand j’étais étudiant. Bonne chance pour ton blog !

Leave a Reply

Your email address will not be published.