Ma plus grande erreur dans l’apprentissage des langues (et comment la réparer) ?>

Ma plus grande erreur dans l’apprentissage des langues (et comment la réparer)

J’ai décidé de jouer la transparence avec ce blog et je vais vous dire un truc :
Ça fait presque 4 ans que je m’intéresse vraiment à l’apprentissage des langues et je n’ai pas vraiment de résultats à la hauteur de mes espérances.
En fait j’ai vraiment passé 4 ans à papillonner, à commencer, arrêter, reprendre, tester plein de trucs. Au final je ne suis pas vraiment satisfait par les résultats.
Je n’ai pas choisi une méthode et je m’y suis tenu. Non, en fait j’ai testé des centaines d’applications, des centaines de méthodes.
Ce n’est pas que le support que j’ai utilisé ne marchait pas. Ce n’est pas que la plupart des méthodes modernes sont pourries.
C’est juste que je ne les ai pas suivies assez régulièrement et longtemps
Voilà ce qu’il se passe typiquement : Je commence une langue, j’ai du mal à la maintenir par manque de motivation, je fais des pauses ou je compte trop sur l’université pour apprendre. Je veux dire, je pense vraiment que l’université n’est pas un bon rapport temps / résultats pour l’envisager.
Prenons un exemple : le turc. J’ai commencé le Turc en 2011 à l’université, en option. J’avais 3 heures de cours par semaine, le soir. De très bon cours : uniquement en turc. On était 15 par classe, pas forcément tout le monde était motivé mais la prof (ou le prof selon les jours) nous faisait parlait uniquement Turc.
Ce que j’aime beaucoup dans le turc c’est que la grammaire est simple (mais extrêmement riche en concepts) du coup on n’avait pas à passer des heures à comprendre une règle pleine d’exceptions.
Après 2 mois de cours notre examen consistait à la traduction d’un texte d’une dizaine de lignes et un oral de 20 minutes. En gros, le niveau A2. La plupart des étudiants l’ont passé. J’étais complètement boosté par le niveau qu’on avait réussi à atteindre sans trop de difficulté, j’étais confiant.
Et puis le deuxième semestre j’ai commencé à manquer des cours, parce que c’était tard, parce que j’avais moins la motivation. Puis j’ai arrêté de venir. Je me suis dit que ça serait mieux de « me concentrer sur le russe » comme si apprendre 2 langues en même temps était un problème.
Résultat, 6 mois plus tard j’étais revenu à la case départ.
2 ans après je reprends des cours de turc, cette fois en russie (donc en russe) C’était super intéressant d’apprendre le turc à partir du russe, ça me faisait réviser les deux langues en même temps. J’ai pris quelques mois de cours, mais au bout d’un mois la prof est tombée dans le piège d’enseignement que je déteste : faire des exercices sur des points de grammaire un par un, plutôt que voir chaque concept quand on en a vraiment besoin pour s’exprimer.
Je n’ai pas eu de grands résultats. Ensuite j’ai réessayé d’avancer tout seul mais j’avais plusieurs langues « sur le feu » : espagnol, allemand, russe et turc (plus l’anglais bien sûr)
Au final je n’ai jamais réussi à me mettre à fond dans une seule langue, parce que j’ai toujours voulu commencer un nouveau truc ou je me suis laissé aller à faire des pauses.
Oublier ce que j’apprends est devenu ma hantise. Et c’est pas facile étant donné que je me fais 6 langues par jour. Mon seul but c’est de ne pas oublier ce que j’ai déjà appris.
Apprendre une langue sérieusement tout seul ça demande beaucoup d’énergie. Beaucoup de concentration.
Je suis un mec qui a un sérieux problème avec les systèmes qu’on m’impose par défaut.
Pourquoi je devrais apprendre avec la méthode de la prof ? Il n’y a pas un truc mieux ?
Alors je perds du temps à chercher, à fouiller, puis à créer mes méthodes.
Je me retrouve aujourd’hui avec un syndrome typique des boulimiques de la connaissance (du savoir mais pas du savoir-faire)

Comment j’ai fait pour arrêter cette spirale

Alors pour ne plus changer constamment de plan, de méthodes j’ai décidé de tout réduire au plus simples.
Quand tout devient trop compliqué à gérer, j’adore simplifier dramatiquement, quitte à jeter la plupart de ce que j’ai déjà fait à la poubelle.
Concernant les langues, j’ai une chose et une seule chose imposée à faire chaque jour: 5 minutes par langue sur Memrise.
Peu importe si j’en ai envie ou pas
Peu importe si ça ne donne pas de résultats rapides
Peu importe si il existe une meilleure façon d’utiliser ces 5 minutes (pas sûr)
Je m’impose cette habitude chaque jour. Au total, j’avance. Je ne reviens jamais en arrière parce qu’en utilisant toujours le même outil je n’oublie jamais ce que j’apprends.
C’est aussi simple que ça.
Tout ce que je fais en dehors de ces 5 minutes par jour et par langue c’est du bonus. Si je regarde un film en V.O, si j’apprends plus de vocabulaire sur une autre application ou si je me lance un défi pour accélérer.
Prendre cette habitude a totalement changé ma façon d’avancer. Je me sens plus confiant dans mon apprentissage. Je sais que quoique j’apprenne, je ne l’oublierais pas. Simplement parce que j’utilise toujours le même outil, de la même façon, chaque jour.
Je vous invite à essayer ça. Créez vous une habitude pour les langues que vous apprenez. Utilisez un seul outil chaque jour, en ayant en tête que tout le reste, c’est en plus. Mais ne remplacez jamais cet outil.
Votre habitude peut être très simple :
  • Ecrire une phrase par jour
  • Apprendre 2 mots par jour avec Anki
  • Faire 1500 points dans chaque langue par jour avec Memrise (c’est mon habitude)
  • Faire une session par jour sur Duolinguo
  • Ecouter un podcast de 10 minutes par jour
  • Lire un texte par jour…

Evitez simplement d’avoir des habitudes qui soient trop longues (plus de 15 minutes) trop compliquées (il faut un livre, il faut trouver un natif, il faut avoir des idées…) ou trop dures (20 phrases par jour, 50 mots par jour)

Je parle bien sûr ici d’une habitude à très long terme. Une habitude que vous allez garder au moins 6 mois et qui va vous garantir de ne jamais papilloner ou oublier. Bien sûr je vous encourage à faire plus, mais l’idée de cette habitude c’est de laisser tourner le moteur à l’arrêt. Ne pas couper le contact. Jamais.

 

Comment trouver des partenaires pour des echanges linguistiques

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *